Le Home des Rosati


Depuis 11 ans, au Home des Rosati, les hommes violents prennent conscience de leurs actes.

En 2008, lors de la signature de la première convention pour la mise en place du Home des Rosati, douze personnes, douze structures, avaient choisi d’unir leur savoir-faire pour la prise en charge d’hommes auteurs de violences conjugales.

Le Home des Rosati devenait alors la première structure en France à héberger les hommes violents dans un centre qui leur était dédié. Soumis aux règles de vie de la structure, ces hommes ont aussi pour obligation de suivre un stage dit de responsabilisation. À l’époque, en 2007, le Tribunal de Grande Instance d’Arras avait prononcé 170 mesures d’éloignement du domicile conjugal. Depuis douze ans, le nombre d’affaires n’a pas diminué. Et le Home des Rosati existe toujours.

En 2007, c’est le Procureur Frémiot qui a souhaité lancer cette expérience dans l’Arrageois. La Communauté Urbaine d’Arras, pilote du centre intercommunal de sécurité et prévention de la délinquance, instance où se rencontrent régulièrement les forces de police, de gendarmerie, les magistrats, procureurs, mais aussi les associations d’aide aux victimes, a tout de suite été associée au dispositif.

Les ambitions du Home des Rosati étaient simples : ne plus éloigner les victimes de leur domicile lors d’affaires de violences conjugales, mais les auteurs. C’est ainsi que ce foyer un peu particulier, géré par des éducateurs du Coin Familial, a vu le jour. Les hommes placés ont pour obligation de prendre leur repas ensemble mais aussi de participer à la vie de la maison : ménage, linge…

En parallèle, lors de séances individuelles ou collectives, pendant un minimum de trois semaines, ils sont pris en charge par des éducateurs afin de prendre conscience de leurs actes. Une thérapie pour comprendre le passage à l’acte et les conséquences de celui-ci et ainsi travailler pour que cela ne se reproduise plus. Les victimes, quant à elles, sont suivies par des associations d’aide aux victimes qui ont aussi signé la convention de création du Home.

Depuis la création en 2008, 721 auteurs de violences ont été reçus au centre Clotaire, et plus de 600 ont été hébergés au Home des Rosati à Arras. Pour que le Home existe, chaque année, le budget alloué est de 127 000 euros avec des subventions de l’État et de la Communauté Urbaine d’Arras. Un coût qui n’est pas neutre mais qui reste moins élevé que la prise en charge d’une femme et de ses enfants dans un centre d’hébergement d’urgence.