L’histoire des trois églises de l’abbaye de Mont-Saint-Éloi dévoilée


Des fouilles du site de l’abbaye de Mont-Saint-Éloi ont révélé ses mystères. La Maison départementale de l’archéologie présente ses découvertes dans sa nouvelle exposition, à Dainville.

(c) Photobulle - DA CD62

La Maison de l’archéologie du Pas-de-Calais compte une trentaine de spécialistes et scientifiques pointus. Elle œuvre sur tout le département pour conserver notre patrimoine historique et partage ses découvertes et ses connaissances dans les collèges, en médiation itinérante, et auprès du grand public à travers ses expositions temporaires.  La nouvelle, intitulée « Apporter sa pierre à l’édifice. Archéologie de l’abbaye de Mont-Saint-Éloi » vient de s’ouvrir à Dainville. Présentant 80 pièces issues de fouilles réalisées entre 2011 et 2015, elle décrit le fonctionnement d’une abbaye, les styles architecturaux et les métiers (maçon, paveur, tailleur de pierres, vitrailliste…) nécessaires à la construction d’églises. 

Sur le site de l’abbaye de Mont-Saint-Éloi, il y en eu successivement trois ! Sophie François, directrice de l’archéologie du Département : « La première, de style roman, remonte à l’an 900. Elle a été prolongée par une église de style gothique, construite sur le même emplacement, à partir de 1210. Celle-ci a été détruite au fur et à mesure que se construisait dès 1751 à côté d’elle la troisième église, de style classique. Il en reste les vestiges de ces fameuses tours de Mont-Saint-Éloi ». Cet édifice fut démantelé à partir de 1793, au sortir de la Révolution française. Les deux tours sont devenues propriété du Conseil départemental pour être préservées. Elles sont classées Monument historique.

(c) DA - CD62

Diagnostics archéologiques sur notre territoire

Le Conseil départemental a créé sa direction de l’archéologie en 1988. « Il n’en avait pas l’obligation. En étant doté de ce service, il peut réaliser plus facilement ses équipements, par exemple les routes départementales ou les collèges. Notre direction est bien sûr habilitée par les ministères de la culture et de la recherche pour fouiller », indique Sophie François. Le diagnostic archéologique est la première étape : « En sondant un terrain qui doit être construit, on vérifie s’il y a ou non des vestiges. C’est ensuite que des fouilles en tant que telles peuvent être demandées à l’aménageur. Connaître le passé apporte beaucoup pour comprendre notre présent. » La Communauté Urbaine d’Arras a passé une convention avec la Maison de l’archéologie du Pas-de-Calais pour la réalisation des diagnostics archéologiques sur notre territoire, afin de préparer l’accueil de futurs projets (installation d’entreprises, construction de logements…).

L’exposition « Apporter sa pierre à l’édifice. Archéologie de l’abbaye de Mont-Saint-Éloi » est assortie d’un programme d’ateliers, certains samedis après-midi pour les enfants (sur réservation), et de « cafés-archéo » pour les adultes. 

Le premier, jeudi 10 octobre, sera animé par Jean-Michel Willot, responsable de la fouille du site de l’abbaye. Jeudi 12 décembre, Hélène Agostini présentera l’étude des blocs lapidaires.

Ouverture

Du mardi au vendredi de 14h à 18h (et un week-end par mois aux mêmes horaires), jusqu’au 21 juin 2020.

Entrée libre.

Visite de groupes sur réservation.

Contact

Maison de l’archéologie du Pas-de-Calais : 03 21 21 69 31

Renseignements