Les plaisirs du grand écran, à partager pendant 10 jours


La 19ème édition du fabuleux Arras Film Festival aura lieu du vendredi 2 au dimanche 11 novembre. Venez profiter de près de 120 films, dont de nombreux inédits. Ils ont été sélectionnés avec soin par Plan-Séquence, l’association organisatrice de cet événement.

Lola et ses frères en ouverture du Arras Film Festival

L’Arras Film Festival concentre sur 10 jours tout ce que le cinéma peut offrir en émotions ! Il est également l’événement rêvé pour côtoyer, en toute simplicité, les professionnels du 7ème art dont des grands noms. Actrices et acteurs, réalisatrices et réalisateurs, techniciennes et techniciens viennent partager les secrets de leurs métiers, de leurs histoires et de leurs rôles. Ces moments rares de complicité devraient vous laisser d’agréables souvenirs, tout comme les films proposés. Il y en aura près de 120, pour tous les publics. Celui projeté en soirée d’ouverture et en avant-première : Lola et ses frères, de et avec Jean-Paul Rouve, aux côtés notamment de Ludivine Sagnier et de José Garcia.

Lola et ses frères ©Nolita-Cinema-Les-Films-du-Monsieur-Christophe-Brachet

Sur un scénario original de David Foenkinos, ce film drôle et touchant reflète l’esprit résolument humain du Festival.

David Foenkinos, coauteur de Jalouse avec Karin Viard projeté en 2017

En exclusivité, le prochain Disney de fin d’année

L’Arras Film Festival a plaisir à mettre en valeur les films tournés dans la région et à suivre les talents prometteurs, à l’instar du scénariste et réalisateur Louis-Julien Petit. Après avoir choisi ses deux premiers films (Discount avec Olivier Barthelemy, Corinne Masiero… et Carole Matthieu avec Isabelle Adjani, Corinne Masiero…), sera au programme les Invisibles sa comédie sociale, touchante et lumineuse qui ne sortira qu’en janvier ! Vous y verrez notamment une Audrey Lamy étonnante et encore Corinne Masiero. Vous devriez sortir heureux d’avoir vu cette histoire, celle de travailleuses sociales qui doivent rivaliser d’ingéniosité pour réinsérer des femmes SDF, avant la fermeture de leur centre d’accueil.

Les plus jeunes spectateurs seront choyés par quelques pépites de l’animation spécialement dénichées pour eux et qui leur ouvriront des fenêtres sur le monde. Dont Wardi à partir de 6/7 ans sur les conditions de vie en Palestine à travers une famille, ou Funan à partir de 8 ans qui pose la difficile question de l’exil d’une famille vers un camp, lors du conflit cambodgien. Un moment de magie pure qui fera le bonheur des familles sera à vivre avec, en exclusivité en France, Casse-Noisette et les Quatre Royaumes, le prochain film de fin d’année des studios Disney.

Rétrospective « Good Cop, Bad Cop »

Les rétrospectives particulièrement fouillées sont l’une des marques de fabrique de l’Arras Film Festival. L’une, historique, portera sur la décennie des guerres de Yougoslavie, déclenchées au début des années 1990. Avec quelques films rares, elle exprimera les visions des différents protagonistes de ces guerres complexes. Dont Le siège, de Rémy Ourdan, sur ceux qui ont vécu l’aventure humaine du siège de Sarajevo (le plus long siège de l’histoire moderne) et qui ont résisté pendant ses quatre années.

La seconde rétrospective « Good Cop, Bad Cop » zoomera sur quelques figures de policiers flirtant dangereusement avec les limites de la loi. À commencer par le fondateur du genre, la Soif du mal d’Orson Welles. De la Suède en passant par l’Irlande et Hong Kong (Infernal affairs, repris par Martin Scorsese pour devenir les Infiltrés), la rétrospective s’arrêtera sur le film allemand Asphalt de 1929 sous forme d’un ciné-concert. Deux sont préparés par des élèves du conservatoire d’Arras, accompagnés de l’artiste pianiste et compositeur Jacques Cambra.

Prix l’Atlas d’or par la Communauté Urbaine d’Arras

L’Arras Film Festival ne manquera pas d’adresser un clin d’œil au week-end de commémoration de l’armistice de la Première Guerre mondiale signé il y a 100 ans. Il a choisi la Tragédie de la mine (Georg Wilhelm Pabst, 1931) pour illustrer le sujet de la paix. Inspiré de la catastrophe minière de Courrières, il relate le sauvetage de français par des allemands, dans une mine située à la frontière des deux pays. L’Arras Film Festival, organisé par l’association Plan-Séquence, et son prix l’Atlas d’or sont soutenus par la Communauté Urbaine d’Arras.